Quel budget pour un site Internet ?

Combien ça coûte, un site Web ?« Combien ça coûte, un site Internet ? » C’est la question que vous posez le plus souvent, lorsque vous croisez quelqu’un qui travaille sur Internet. La vraie réponse est la suivante : « ça dépend ». Mais je sais que vous aimeriez en savoir plus. Alors décomposons un peu.

 Tout ce qu’il faut faire pour avoir un site Internet

Réaliser un site Internet, c’est un ensemble d’opérations successives :

– Réfléchir et planifier
– Rédiger les contenus
– Fabriquer les médias (photos, vidéos, etc…)
– Créer l’interface (ergonomie, titres de rubrique, mais aussi design graphique)
Programmer les pages Web
– Programmer les différentes fonctionnalités demandées (forum, calendrier, shopping cart, formulaire de contact, newsletter… )
– Intégrer les contenus au site
Tester l’ensemble
– Mettre en ligne

(suite…)

Livres Webdesign – 2/52 – Mark Boulton – A Practical Guide to Designing for the Web

Mark Boulton est un designer anglais talentueux, auteur de ce qui est à mes yeux le meilleur livre d’introduction au Webdesign.

L’ouvrage est destiné en priorité aux designers graphiques, notamment aux débutants. Tout le premier chapitre contient des conseils pour débuter dans le métier; si ça n’est pas votre projet vous pouvez le sauter.

Le reste du livre  s’attarde sur la partie visuelle de la création de sites Web. L’ensemble est à la fois très pratique (plein de conseils pertinents sur les livrables, la manière de travailler et de communiquer avec le client) et instructif pour qui souhaite mieux appréhender la dimension graphique de la conception Web. 

(suite…)

Proposer WordPress à mes clients, pas forcément une bonne idée ?

Je réalise des sites Web principalement avec deux outils : WordPress et Drupal.

WordPress est un outil génial. Ce blog est réalisé avec WordPress. Ca fonctionne bien, il y a des milliers de modules, une grande communauté, etc, etc… Tout le monde sait que WordPress est le CMS le plus répandu sur Internet, et c’est un succès mérité.

Oui mais voilà. J’ai eu récemment une expérience très malheureuse avec WordPress. J’ai réalisé avec Worpress un site pour une cliente qui ne connaît rien du tout au Web, et en partenariat avec des graphistes qui ne connaissent pas grand chose au Web.

Elles n’ont pas compris en quoi consiste WordPress (c’est ma faute, j’aurais dû passer plus de temps à leur expliquer, j’ai commis l’erreur de penser que toutes ces choses-là sont évidentes), elles ne connaissent pas la logique d’Internet en général, et de la création de contenus en particulier, elles ont voulu un site très graphique, avec des mises en forme et des comportements très précis pour les contenus.

Bref : des exigences particulières de la part du client. Jusque là rien d’anormal. Mon métier n’est pas d’imposer mon point de vue, mais de donner au client toutes les informations pour qu’il puisse décider ce qu’il souhaite faire. Dans ce cas : faire joli plutôt que faire « Web ».

Compte-tenu du coût du projet, j’ai choisi WordPress, plus léger à mettre en oeuvre que Drupal. Et c’est là que j’ai commis LA grosse  erreur. En effet, traduire les exigences d’un client avec WordPress est un travail compliqué. Il faut tester des dizaines de modules qui ne communiquent pas entre eux, comprendre la logique de chacun d’entre eux, les adapter, les modifier… Bref, bricoler.

Au final, l’assemblage m’a pris plus de 10 jours (alors que j’en avais vendu 3) et le résultat n’est pas joli joli car il a fallu trouver des astuces un peu partout pour que « ca fasse ce que je voulais ». Plus grave : cela se traduit dans le back-office, qui n’est plus du tout convivial car pour obtenir le résultat souhaité j’ai dû briefer la cliente sur la manière précise d’entrer chaque page, post, actu…

Avec Drupal, je m’en serais bien mieux tiré. D’accord, le produit est plus lourd; d’accord le back-office par défaut est moins simple à prendre en main que celui de WordPress (c’est ce dernier argument qui m’a fait choisir WordPress, compte-tenu de l’expérience zéro de ma cliente en matière de Web et de mise en ligne). Oui, d’accord avec tout cela.

Mais avec Drupal, les modules discutent entre eux; les fonctionnalités sont plus faciles à intégrer, les options sont innombrables, la configuration infiniment personnalisable : j’aurais réussi le projet en 5 jours sans problème.

Bref, un site réalisé avec Drupal est moins bricolé, plus facile à modifier et à faire évoluer.

Conclusion provisoire : je réfléchirai désormais à deux fois avant de vendre WordPress sur un projet, à moins que le client souhaite explicitement un blog ou un site très simple.

 

Le résultat (très beau, mais quelle souffrance pour y parvenir !) : http://www.loretteetjasmin.com

 

Quelques questions que tout webdesigner devrait vous poser avant de réaliser votre site Internet

Vous avez un site web. C’est bien.
Vous l’avez conçu proprement, il est clair, beau, il reflète votre identité, il contient toutes les informations dont vos visiteurs auront besoin. C’est parfait.
Vous avez utilisé les bons mots-clés pour attirer un trafic qualifié. C’est excellent.

C’est maintenant que les vrais problèmes commencent. Car si la phase de conception et de création d’un site est essentielle, ce n’est pas là que se décide le succès.

Non. Maintenant que votre site est né, il faut l’élever, le faire grandir, le rendre efficace. Le cultiver, lui donner vie.

Et les questions qui se posent à ce stade sont des questions souvent négligées lors de la conception d’un site. Elles varient évidemment selon le type de site, mais en voici quelques-unes :

(suite…)

Réussir son site Web : les 5S de Jesse James Garrett

The Elements of User Experience : un classique

Jesse James Garrett est l’auteur d’un classique : The Elements of User Experience. Si vous ne l’avez pas encore lu, précipitez-vous. Ce livre n’est pas simplement un livre d’ergonomie. Il nous donne une feuille de route d’une grande intelligence pour réussir la conception d’un site Web.

(suite…)

Rework : si vos méthodes de travail vous travaillent

Les 37 signals ont encore frappé. Leur nouveau livre, Rework, est une réussite. Sur le fond, c’est une version augmentée de Getting Real, l’e-book qu’ils avaient publié il y a 2 ou 3 ans et que l’on peut lire librement en ligne aujourd’hui. Sur la forme, c’est un bonheur : l’objet est beau, les dessins sont réussis, le plaisir de lire est total.

Le sujet : comment travailler intelligemment ? L’équipe de 37 Signals est à l’origine de plusieurs projets parmi les plus sexy du web 2.0 : Ruby on Rails, Basecamp, et toute une gamme de sites élégants destinés à nous faciliter le travail. Ils agacent pas mal de monde parce qu’ils sont intelligents, sûrs d’eux et un peu arrogants. Mais surtout ils défendent des idées qui méritent qu’on s’y arrête. En vrac, quelques thèmes de chapitres :

  • Les réunions sont toxiques
  • Rien ne sert de travailler à la même heure ou au même endroit que ses collègues
  • Ca ne sert généralement à rien de faire un planning
  • Il faut passer moins de temps à travailler
  • Il faut virer ses employés du bureau à 17 heures
  • Il vaut souvent mieux avoir une offre moins riche que la concurrence
  • Ca ne sert à rien de surveiller ce que font les concurrents
  • Il faut écrire le moins possible…

Le tout brillamment argumenté. J’aime ! (ne le dites pas à mes étudiants en gestion de projet…)

Pour vous faire une première idée et vous mettre en appétit, lisez la version en ligne de Getting Real