Google se trompe-t-il en basant toutes ses décisions sur les statistiques ? Une leçon de Jakob Nielsen.

Douglas Bowman, le directeur artistique de Google, a annoncé sa démission sur son blog, il y a quelques jours. Le motif ? Il ne supporte plus que la moindre de ses propositions graphiques doive être justifiée par des tests statistiques.

A priori, la logique serait plutôt du côté de Google : sur le Web, il est tellement facile de tester entre plusieurs options qu’il serait stupide de se priver de ce moyen simple pour optimiser son site Web. L’opinion d’un designer face à un résultat statistique fiable ne pèse pas bien lourd… l’artiste peut se tromper, l’étude du comportement des internautes est un guide objectif.

Est-ce vraiment si simple ?

Jakob Nielsen, dans sa newsletter de ce matin, prend la défense de la position de Bowman, de manière brillante et intelligente.

(suite…)

Adobe lance un "SEO Technology Center consacré" à l'optimisation et au référencement de sites en Flash

En bon éditeur online, lorsqu’on me demande mon avis sur l’opportunité de réaliser un site en Flash, je réponds invariablement : c’est une mauvaise idée.

Mes arguments sont bien connus et sont toujours les mêmes : problèmes d’accessibilité, problème de référencement. Généralement, faire un site en Flash ne sert à rien et peut être nuisible. Evidemment, il y a des cas particuliers (des jeux, par exemple), mais sur le genre de site où on consulte quelqu’un comme moi, la réponse est claire et confortable.

Adobe fait régulièrement des efforts pour rendre ses technologies “d’interface riche” plus compatibles avec les standards. Ce matin, je suis tombé sur cette rubrique de leur “developer Center” intitulée “SEO Optimisation Center”, et qui commence ainsi :

Ensuring that search engines can crawl and index your rich Internet applications (RIAs)—so that your content can be found by others—is of critical importance to building and maintaining an online presence. While Adobe and the leading search engines are making significant strides in making SWF content more searchable, you can take additional steps now to improve your search ranking positions further.

Que trouve-t-on dans le SEO Optimization Center ? Des articles, des bonnes pratiques… pas grand chose de nouveau pour qui s’intéresse depuis longtemps aux techniques de référencement, mais des conseils assez approfondis et pertinents pour optimiser l’indexation et l’ “usabilité” d’un site réalisé en Flash, mais aussi en Ajax ou toute autre technique de création d’interface riche.

Ce n’est qu’un début… Rubrique à surveiller en espérant qu’Adobe saura l’animer et l’enrichir régulièrement.

L’adresse : http://www.adobe.com/devnet/seo/

Ambient Intelligence : vivement demain

J’ai trouvé cette vidéo inspirée et inspirante ce matin, grâce à Slashdot. Tôt ou tard (bientôt j’espère), le genre de scénarios décrits par Patti Maes verront le jour : l’information sera instantanée, omniprésente, pertinente, contextuelle, infiniment disponible.

Pour quelqu’un dont le métier est d’organiser l’information, les questions se bousculent : quelles méthodes faudra-t-il imaginer pour concevoir l’univers informationnel décrit ici ? Comment l’information sera-t-elle qualifiée ? Quels acteurs proposeront quels services ? Quelle sera la part des algorithmes ?

Et puis :  Y aura-t-il encore de la pub sur les murs ? (La mort de ma rubrique “text in the City”)… Sans compter la question des questions : avec des objets comme ceux-là, à quoi ressemblera Facebook ?

Ah… j’ai la tête qui tourne ! Vivement demain !

Je suis un distributeur multifonction, admirez-moi! (avec une histoire d'amour à la fin)

Je suis un distributeur multifonctionVoici un pauvre distributeur placé dans un recoin du Centre Commercial Auchan Villetaneuse qui nous parle : “Je suis un distributeur multifonction“, nous dit-il.

Si vous êtes arrivé(e) jusqu’à lui, c’est que vous étiez à la recherche d’un distributeur et que, depuis quelques mètres déjà, vous aviez compris que c’en était un. Pourquoi vous dire ce que vous savez déjà ? Vous ignoriez peut-être qu’il était multifonction, mais aviez-vous vraiment envie de le savoir ?

(suite…)

The Eu Blues, ou si votre nom n'est pas optimisé pour Google, vous n'existez pas.

Ville d'Eu - AccueilTrouvé ce matin sur le blog Digital Inspiration,  ce billet :

French town changing name to improve its ranking on Google.

Il s’agit d’une information du Telegraph, qui raconte que Marie-Françoise Gaouyer, maire de la ville d’Eu en Normandie, pense sérieusement modifier le nom de sa ville, afin d’améliorer ses résultats sur les moteurs de recherche.

(suite…)

100% remboursé


Une perle trouvée l’autre jour dans le métro sur une affiche publicitaire pour une boutique de téléphonie :

Le Sony Ericsson Cybershot C905 100% REMBOURSE !!!

…Oui mais dans la limite de 100€.

Un peu comme si on vous offrait un repas All you can eat dans la limite de 30 grammes, ou un tour du monde dans la limite de 150 kilomètres.

Les droits d'auteurs pour les Nuls, par maître Eolas

Maître Eolas a publié vendredi sur son blog un billet excellent : les droits d’auteurs pour les nuls.

Une fois de plus, il nous rend plus intelligents et nous régale de sa prose limpide, en nous expliquant de manière simple mais pas simpliste les bases du droit d’auteur. A lire absolument !

Cela me fait penser que mes articles sur le sujet (la Sacem pour les Nuls, Droits d’auteur et Internet et La crise de la propriété intellectuelle et artistique), qui sont les pages les plus lues de ce site, commencent à dater un peu. Il va falloir que je les réactualise bientôt.

Sous les papiers, la plage

Plage de la Barceloneta, Barcelone, EspagneBarcelone est une ville où j’ai trouvé plein d’idées en matière de texte dans la ville.

Un petit exemple capté sur la plage de la Barceloneta : cette bulle de BD dressée sur le sable, rappelant aux baigneurs qu’ils peuvent éventuellement jeter leurs papiers dans la poubelle et non par terre.

L’effort pour interpeller le passant en utilisant une représentation de la parole (la bulle de BD) me semble cent fois plus efficace qu’un habituel affichage administratif à base d’arrêté municipal et d’ Interdiction de déposer vos déchets sur le sol.

(suite…)

Protéger son intimité sur Facebook

J’ai beaucoup d’amis qui sont sur Facebook, et pas forcément très rassurés à l’idée qu’on puisse poster à leur insu des infos ou des photos qui ne leur plaisent pas, ou que des inconnus puissent “tout savoir” de leur profil.

Il faut dire que les journalistes y vont fort pour raconter n’importe quoi à ce sujet. Mais passons…  Il existe de nombreux réglages disponibles sur Facebook, pour contrôler assez précisément les informations accessibles à autrui. Des réglages qui ont de quoi satisfaire les plus discrets et les plus paranos d’entre nous, mais qui sont un peu dispersés sur des pages mystérieuses et pas toujours faciles à retrouver, même lorsqu’on sait qu’elles existent.

Cet excellent article du blog Allfacebook.com, trouvé via Lifehacker, récapitule l’essentiel de ce qu’il faut savoir : 10 Privacy Settings Every Facebook User Should Know

The back of the Napkin

backofthenapkin1Dan Roam est un type qui dessine pour aider ses clients à résoudre leurs problèmes. Il fait des dessins simples et clairs, à la portée de tous. Et il a écrit un bouquin pour expliquer sa démarche. Avec un certain succès, puisqu’il a obtenu des articles élogieux dans Business Week, et figure parmi les meilleures ventes de livres de business sur Amazon en 2008.

The Back of the Napkin paraîtra en France à l’automne prochain aux éditions ESF, mais il ne faut surtout pas attendre pour dévorer ce petit manuel qui peut apprendre à chacun d’entre nous comment “écrire avec des images”. Un manuel stimulant, qui se lit en quelques heures et qui donne plein d’idées pour mieux visualiser et partager ses problèmes conceptuels. Et, accessoirement, un essai qui nous fait entrevoir un futur sans Powerpoint.

Pour en savoir plus, allez visiter le site de Dan Roam : thebackofthenapkin.com

Les maisons des grands hommes

Ici vécut Goldoni

Dans Paris, j’aime beaucoup les plaques comme celle-ci, qui permettent de repérer les immeubles où ont vécu et où sont morts les grands hommes. Se retrouver sur les pas de Goldoni, Goethe, Henri IV ou Balzac…

Une sorte de texte en fragments dispersés qui couvre la ville et permet de la visiter le nez en l’air et la tête dans le passé.

Dommage que, probablement, cette tradition soit en train de se perdre sous le poids de l’augmentation impressionnante du nombre de célébrités.

Sera-t-elle un jour remplacée par une fonction "grands hommes" dans Google maps permettant d’ajouter cette couche d’informations à ses promenades en GPS ?

Un joyeux anniversaire à la fac de Vincennes St Denis

La faculté de Vincennes (aujourd’hui Paris 8, située à Saint Denis mais qui aime bien encore porter son vieux nom historique) fête en ce moment ses 40 années d’existence.

Une fac où l’idée de donner une note à un étudiant a longtemps été mal venue. Une fac “différente”, ou du moins qui se veut différente. Une fac dont l’identité gauchiste fait la fierté de ses profs et de ses étudiants, si l’on en croit les innombrables émissions et débats organisés sur France Culture à l’occasion de cet anniversaire.

Une fac dans laquelle j’enseigne la gestion de projet à des étudiants très sympas et très motivés, relativement indifférents à ladite identité et qui aimeraient surtout que ça fonctionne un peu mieux (l’affectation des salles et les procédures d’inscription, par exemple sont tellement aberrantes qu’il faut le voir pour le croire… et les premières victimes sont évidemment les étudiants).

Mais revenons à nos moutons : dans cette fac (comme dans les autres), on trouve de très beaux graffitis, qui semblent parfois venus du fond des âges… Ce “Vive le Maoïsme” me fascine : le graffiti a-t-il été commis par un véritable maoïste ? Non, les derniers maoïstes de Vincennes sont probablement plus proches de l’âge de la retraite que de celui de la licence. L’auteur de ce vibrant slogan, selon moi, est plutôt un étudiant dont le coeur est très à gauche et qui s’est laissé emporter par le plaisir graphique de tracer de son plus beau rouge cette faucille et ce marteau, et cette acclamation d’un autre âge.

Cela montre que parfois, le code visuel (typographie, couleurs, sigles, dessins, imagerie) qui porte un discours est l’élément le plus déterminant dans la séduction qu’il exerce. En effet, qui peut sérieusement penser que Mao, un vieux dictateur chauve oublié depuis longtemps, fait encore rêver un étudiant ?

Non, c’est bien plutôt la fraîcheur terrible et faussement naïve de ces images de propagande du Parti Communiste Chinois, ces formules poétiques et ciselées, ces travailleurs jeunes et dynamiques au regard tourné vers l’avenir, qui peuvent encore aujourd’hui faire rêver (ne pas oublier tout de même que derrière tout ça il y a des camps, il y a des centaines de milliers de morts, il y a la police politique, il y a les grandes purges, bref, pas seulement un Avenir Radieux aux sentiers parsemés de doux jasmin).

Oui, le texte est beaucoup, mais parfois, lorsqu’on le prive de ses enrichissements visuels, il perd tout impact.

J’admire également le “Non à Mao” ajouté par un étudiant moins artiste que le premier, et qui ajoute un charme certain au tableau : tout à coup, c’est comme si Mao redevenait un enjeu politique, comme si le “grand timonier” risquait de revenir parmi les vivants pour faire régner son ordre nouveau, comme s’il fallait être “pour” ou “contre” cette éventualité de science-fiction.

Ah ! Il n’y a que dans de vieilles universités qu’on peut se livrer à ces joutes délicieuses et inutiles. Longue vie à Paris 8 et à ses graffitis rafraîchissants !

Une histoire de la communication visuelle

Déniché sur le très bon site Citrinitas du designer Elif Ayiter, The History of Visual Communication est une présentation historique de la communication visuelle, assez classique (les grottes, les idéogrammes, l’alphabet, l’imprimerie, la typographie, les avant-gardes, l’ordinateur…) mais richement illustrée et bien écrite (en anglais).

Ce qui m’a intéressé est l’angle de cette présentation : montrer en quoi des images peuvent être utilisées pour transcrire des messages au contenu pourtant textuel. Le pitch par l’auteur :

This website attempts to walk you through the long and diverse history of a particular aspect of human endeavour: The translation of ideas, stories and concepts that are largely textual and/or word based into a visual format, i.e. visual communication

Et pour aller plus loin, on trouve de nombreuses références à d’autres sites, mais aussi à de bons articles de Wikipedia.