Je réalise des sites Web principalement avec deux outils : WordPress et Drupal.

WordPress est un outil génial. Ce blog est réalisé avec WordPress. Ca fonctionne bien, il y a des milliers de modules, une grande communauté, etc, etc… Tout le monde sait que WordPress est le CMS le plus répandu sur Internet, et c’est un succès mérité.

Oui mais voilà. J’ai eu récemment une expérience très malheureuse avec WordPress. J’ai réalisé avec Worpress un site pour une cliente qui ne connaît rien du tout au Web, et en partenariat avec des graphistes qui ne connaissent pas grand chose au Web.

Elles n’ont pas compris en quoi consiste WordPress (c’est ma faute, j’aurais dû passer plus de temps à leur expliquer, j’ai commis l’erreur de penser que toutes ces choses-là sont évidentes), elles ne connaissent pas la logique d’Internet en général, et de la création de contenus en particulier, elles ont voulu un site très graphique, avec des mises en forme et des comportements très précis pour les contenus.

Bref : des exigences particulières de la part du client. Jusque là rien d’anormal. Mon métier n’est pas d’imposer mon point de vue, mais de donner au client toutes les informations pour qu’il puisse décider ce qu’il souhaite faire. Dans ce cas : faire joli plutôt que faire “Web”.

Compte-tenu du coût du projet, j’ai choisi WordPress, plus léger à mettre en oeuvre que Drupal. Et c’est là que j’ai commis LA grosse  erreur. En effet, traduire les exigences d’un client avec WordPress est un travail compliqué. Il faut tester des dizaines de modules qui ne communiquent pas entre eux, comprendre la logique de chacun d’entre eux, les adapter, les modifier… Bref, bricoler.

Au final, l’assemblage m’a pris plus de 10 jours (alors que j’en avais vendu 3) et le résultat n’est pas joli joli car il a fallu trouver des astuces un peu partout pour que “ca fasse ce que je voulais”. Plus grave : cela se traduit dans le back-office, qui n’est plus du tout convivial car pour obtenir le résultat souhaité j’ai dû briefer la cliente sur la manière précise d’entrer chaque page, post, actu…

Avec Drupal, je m’en serais bien mieux tiré. D’accord, le produit est plus lourd; d’accord le back-office par défaut est moins simple à prendre en main que celui de WordPress (c’est ce dernier argument qui m’a fait choisir WordPress, compte-tenu de l’expérience zéro de ma cliente en matière de Web et de mise en ligne). Oui, d’accord avec tout cela.

Mais avec Drupal, les modules discutent entre eux; les fonctionnalités sont plus faciles à intégrer, les options sont innombrables, la configuration infiniment personnalisable : j’aurais réussi le projet en 5 jours sans problème.

Bref, un site réalisé avec Drupal est moins bricolé, plus facile à modifier et à faire évoluer.

Conclusion provisoire : je réfléchirai désormais à deux fois avant de vendre WordPress sur un projet, à moins que le client souhaite explicitement un blog ou un site très simple.

 

Le résultat (très beau, mais quelle souffrance pour y parvenir !) : http://www.loretteetjasmin.com