Ce n’est pas facile de tenir un blog. On rédige ses billets jour après jour, et le tout prend forme progressivement par effet boule de neige, sans qu’on ait vraiment réfléchi à ce qu’on souhaitait faire.

J’ai donc décidé de me fixer quelques règles pour ce blog, une sorte de mini-charte éditoriale, très simple.

La voici, sous forme d’une liste de choses que je m’interdirai de faire.

1 – Les billets dont le titre débute par “5 bonnes raisons”, “5 erreurs”, “les 5 meilleurs”.

Ca fait plusieurs années que ce “truc de bloggeur pour attirer du trafic” nous empoisonne la vie.

Honnêtement, au début, ce n’était pas une mauvaise idée. Mais aujourd’hui il n’y a plus que ce genre de titre dans mon lecteur de flux. Ca commence à devenir lassant, mainstream, et bientôt has been.

Le problème n’est pas l’idée elle-même, le problème est que de plus en plus souvent, ces articles sont des listes bâclées à la va-vite, et qui ne servent à rien. Résultat : je commence à ne plus cliquer dessus. Et vous ?

2 – Passer plus de temps sur le référencement et la promotion que sur le contenu

Le référencement, c’est important. C’est même essentiel. Les petites astuces pour attirer des lecteurs, c’est aussi très important. Je ne dirai jamais le contraire.

Le problème c’est que les journées ne font que 24 heures, et qu’on a des tas de choses à faire. Je ne compte pas passer plus d’une heure par jour sur ce blog.

Je suis un fervent adepte de l’approche 80/20 : l’activité qui a le plus d’impact sur le trafic et l’influence à long terme d’un blog, c’est d’écrire des trucs intéressants. Le reste passe après. Les internautes que je souhaite attirer en priorité sont ceux qui veulent lire mes textes parce que ça les intéresse. Le référencement et la promotion seront subordonnés à cet objectif.

3 – Les  billets dont le titre débute par “10 bonnes raisons”, “10 erreurs”, “les 10 meilleurs”

(Voir ci-dessus). Vraiment, il ne faut plus faire ça. C’est tellement “web 2.0″…

4 – La multi-publication automatique

Si je veux, je peux publier le flux de ce blog sur Twitter, sur Tumblr, sur Facebook, sur le site de mon agence, sur mes autres blogs. Rien n’est plus simple; il y a tous les widgets, modules, et autres snippets pour cela.

Mais cela a-t-il un sens ? J’ai créé ce blog pour parler de webdesign, les lecteurs qui m’intéressent sont ceux qui s’intéressent au webdesign et non pas ceux qui lisent mes autres sites.

Moralité : lorsque je posterai sur ce blog un article qui me paraît intéressant pour d’autres audiences, je le signalerai. Mais seulement lorsque je trouverai ça pertinent et utile.

Petite exception à la règle : mon flux Twitter s’affiche sur ce blog. Mais il y a une bonne raison à cela : plus de 80% de mes tweets sont des liens vers des ressources de webdesign que je trouve dans mes recherches sur le Web. Il me semble que ces tweets ont toute leur place ici

5 – Les contenus qu’on trouve partout ailleurs

Je pourrais rédiger la millième introduction à HTML5, le millionième article sur “les 10 points-clé à optimiser dans une page pour être mieux référencé sur Google”, la milliardième “Introduction à Google Analytics”.

Je ne sais pas ce que vous en pensez, mais ça me semble une manière absurde d’employer mon temps (et le vôtre). Si je trouve une ressource d’excellente qualité sur le Web, je trouve intelligent de la faire connaître plutôt que de perdre mon temps à la reproduire ou à l’imiter.

Et d’utiliser le temps ainsi gagné à réfléchir à ce que je pourrais dire sur ce blog, qui soit plus intéressant, plus original, plus utile.

6 – Et aussi…

  • Les fautes d’orthographe
  • Les images inutiles qui décorent sans illustrer
  • Le jargon
  • Les billets dont le titre débute par “15…”
  • etc.

Y’a plus qu’à…