A ma gauche, Luc Saint Elie, qui ne comprend rien aux standards du web. A ma droite, Daniel Glazman, qui l’insulte. Un débat raté, mais qui réveille ma frustration récurrente face à ceux qui ne font pas l’effort de se documenter avant de parler d’un sujet…

A ma gauche, Luc Saint Elie, journaliste. Il a tort : il publie une note où il montre qu’il n’a rien compris aux standards du web ni à leur intérêt. Il ne comprend pas en quoi ça consiste, il n’a probablement jamais eu l’occasion d’essayer, et surtout il prétend à longueur d’article qu’il n’existe aucune documentation sur le sujet, et que tous les textes consacrés aux standards du web sont verbeux, incompréhensibles, pompeux et inutiles…
Tout cela est faux, il suffit de faire un tour sur le site webstandards.org pour s’en convaincre (ou, en français, sur le site openweb). Même pas la peine de commenter. Cet article est écrit par une personne qui ignore manifestement le sujet. Ce sont des choses qui arrivent.
Pourtant, lorsqu’on consulte le CV de Luc Saint Elie, on voit qu’il est “un spécialiste pointu des technologies web” et également un journaliste expérimenté, qui a roulé sa bosse sur le web depuis longtemps… Comment expliquer son incompréhension ? J’avancerais une hypothèse : il n’a jamais eu à créer ni à gérer un site d’une certaine importance. Il n’a jamais eu à mettre les mains dans le cambouis. Au passage, son blog tourne sur WordPress, un outil (excellent) qui met largement en avant son respect des standards du Web. Bref, à ma gauche, un drôle de cas.

A ma droite, Daniel Glazman, défenseur des standards, à qui on doit le très bon éditeur html nvu. Daniel Glazman a raison : il pense que Luc Saint Elie n’y comprend rien et “devrait tourner sept fois son clavier” (dans sa bouche ???) avant d’écrire.
Malheureusement, l’attaque prend un tour personnel, et quand le “bon” insulte le “mauvais”, on n’a plus envie de le suivre… C’est vrai que c’est énervant de lire un truc énervant… il nous est tous déjà arrivé de prendre notre plume ou notre clavier pour incendier un “imbécile” (moi-même je me suis battu comme un chiffonnier sur le site dailyjungle au printemps dernier, contre des partisans du “non” au référendum, et aussi dans la liste de diffusion de mon logiciel de musique favori, contre ceux qui croient à l’existence d’un “moteur audio” dans les logiciels de musique).

Conclusion 1 : Ne jamais s’énerver par clavier interposé, c’est contreproductif. Et s’en souvenir lorsque l’envie sera vraiment très très forte

Conclusion 2 : Il reste encore du travail à faire pour faire comprendre à ceux qui ne connaissent rien au problème en quoi consistent les standards, et quel est leur intérêt. J’ai moi-même été pris dans une discussion sur le sujet il n’y a pas longtemps, face à des développeurs/informaticiens qui n’ont pas le temps de se mettre à jour. Contrairement à Saint-Elie, qui a l’air de penser que les standards sont un truc de fans de technologie qui ne s’intéressent pas à la réalité, je suis convaincu que le principal obstacle à l’adoption des standards du web est le conservatisme des informaticiens, et que ceux qui ont le plus intérêt à leur adoption sont les clients, qui veulent pouvoir bénéficier d’une certaine souplesse, d’une plus grande réactivité de la part de leurs prestataires, et réaliser des projets à moindre coût.

Ce billet devient trop long. Le prochain sera un témoignage pour illustrer mon point de vue.